Jean Castex détaille l’organisation des régionales, maintenues en juin

Jean Castex détaille l'organisation des régionales, maintenues en juin

Au nom de «l’exigence démocratique», le Premier ministre cherche à préserver la sécurité sanitaire des électeurs appelés aux urnes les 20 et 27 juin.

Le calendrier établi des élections régionales et départementales laisse place à la question non moins dangereuse de son organisation. Devant l’Assemblée nationale, lors d’un débat suivi d’un vote, comme le permet l’article 50-1 de la Constitution, le Premier ministre a confirmé mardi la tenue de ces deux scrutins en juin. Initialement prévu les 13 et 20 juin, le vote aura finalement lieu les 20 et 27 juin, afin de gagner une semaine de vaccination, soit deux millions de personnes supplémentaires protégées contre le virus, a expliqué Jean Castex.

Lire aussi: Régional: la vaccination des conseillers interroge les maires

Devant les députés, le chef du gouvernement a fait un effort pour défendre la «méthode» de l’exécutif, critiquée ces derniers jours pour avoir déclenché à la hâte une consultation des 35 000 maires du pays. Une «consultation dirigée contre personne et certainement pas contre les associations de bureaux élus», a insisté Jean Castex, tandis que l’opposition déplorait les «manœuvres» à l’unisson. «Les maires vous ont donné une belle leçon de démocratie! », A déclaré Christian Jacob, chef des députés républicains, car au final les conseillers municipaux ont voté principalement en faveur de la tenue de l’élection.

Dépouillement en extérieur

Dépouillement en extérieur

Conscient des «craintes» et des «difficultés» signalées par le Conseil scientifique et les maires, le Premier ministre a décliné un certain nombre de moyens supposés pour assurer la «sécurité sanitaire» des Français. La campagne sera «différente», a reconnu l’animateur de Matignon, encourageant l’utilisation «d’outils dématérialisés», l’organisation de débats télévisés et radiophoniques entre candidats aux élections régionales avant chacun des deux tours. Tant que la situation sanitaire ne s’améliore pas et que les restrictions actuelles ne sont pas levées, les réunions sont toujours interdites. Cependant, les candidats et militants seront autorisés à dépasser 10 kilomètres de périmètre, sur la base d’un certificat méprisant. Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, doit publier une circulaire détaillant ces conditions.

Cela pourrait vous interrésser :   Nicolas Sarkozy : cette fausse information qui a circulé sur l'ancien président

Quant au vote, le chef du gouvernement a rappelé que la loi votée en début d’année permettait un accès plus facile aux représentants. Par les urnes, le gouvernement a vacciné 30 millions de Français et promet un dispositif spécial pour les membres des bureaux de vote (lire ci-dessous). «Nous mettrons en œuvre toutes les mesures pour assurer la sécurité sanitaire des personnes impliquées dans les opérations de vote et de tous les électeurs», promet Jean Castex. S’ils n’ont pas accès au vaccin, les personnes qui participeront au vote devront passer un test. Par conséquent, l’État fournira aux municipalités des «lots d’autotest», a déclaré Jean Castex.

Lire aussi: Les députés votent massivement pour l’entretien régional et départemental en juin

Les heures d’ouverture des bureaux de vote seront prolongées et le comptage à l’extérieur sera possible dans la mesure du possible. “Les semaines qui nous séparent du vote ne seront pas de trop pour nous donner le temps dont nous avons besoin”, a admis le Premier ministre, chargeant le conseiller d’Etat Jean-Denis Combrexelle de diriger un comité de suivi dédié à l’organisation des élections. Les préfets doivent accompagner les maires. Le chef du gouvernement n’a pas minimisé le risque d’une abstention record. Mais, «au nom de la revendication démocratique», l’élu des Pyrénées-Orientales a déclaré vouloir «tout mettre en œuvre pour que le taux de participation soit le plus élevé possible».

Malgré les réserves, le plan du Premier ministre a été voté par une large majorité de députés: 443, contre 73 opposés à la stratégie du gouvernement. La France rebelle n’a pas voulu participer au vote. Le député Adrien Quatennens a appelé à trois débats aux niveaux cantonal et régional, afin que l’Etat puisse prendre en charge l’envoi d’une seconde profession de foi. Son camarade communiste, Sébastien Jumel, était également préoccupé par le succès de la campagne électorale. «Nous ne sommes pas des députés de Zoom! «Cela nous est simplement venu à l’esprit.

Cela pourrait vous interrésser :   Le gouvernement courtisan du peuple

TV en Direct

Regardez la télévison en Direct. Accédez au chaines TV

TF1 en Direct France 2 en Direct C8 en Direct M6 en Direct Arte en Direct
TV online TV online TV y directoTV y directo TV e diretoTV e direto TV e direttaTV e diretta live tvLive TV