La langue est historique et politique

La langue est historique et politique

Dans des lettres de lecteurs des 23 et 24 mars dans Le Courrier, Elizabeth Dumont et Marzia Fiastri protestent contre la décision du tribunal d’inclure la langue incluse dans ses documents «internes». Je veux revenir sur leur argument, car ils me semblent aveugles sur des points précieux. Tout d’abord, ils reflètent la vision anhistorique et apolitique de la langue (le français dans le cas présent). Cette vision arrête son évolution en cours et obscurcit les différentes vagues de masculinité qu’il a rencontrées. L’événement le plus important a eu lieu au 17ème siècle et a vu des passionnés de grammaire se battre activement pour détruire la langue et empêcher l’entrée dans la première Académie française des dictionnaires de verbes et d’œuvres à caractère féminin – en tant que “poète” par exemple (c’était bien illustré par l’historienne Eliane Viennot). Au dix-huitième siècle, la grammaire résumait le concept de la raison de l’abandon comme suit: «Les hommes mâles sont considérés comme supérieurs aux femmes en raison de la supériorité masculine sur les femmes».

Le français n’est donc pas toujours une langue quand «un homme bat une femme». Historiquement, cette croissance est clairement motivée par un désir d’hérésie et donc politique. Cela sonne et met l’accent sur la réduction et l’abandon croissants des femmes dans la société française. En revanche, pour dire qu’un homme est compris comme une forme «générique», sans aucune signification féminine, il oublie que la langue française ne connaît pas son parti pris. En d’autres termes, nous pensons à un homme ou à une femme, mais pas tous en même temps, et quand nous voyons un mot ou une expression chez un homme, nous pensons – sans le savoir – à un homme (et vice versa, voir dans ce mis un bon travail avec le psychiatre Pascal Gygax et ses collègues).

Cela pourrait vous interrésser :   Discours de M. Jean Castex, Premier ministre, à l'issue du Conseil des ministres

Tout cela pour dire que ni la langue ni l’usage ne sont neutres. Il en va de même pour la langue de connexion. Il n’est pas neutre, en ce sens qu’il porte un agenda politique: celui d’une langue moins importante et qu’il aspire à une plus grande égalité. La principale différence entre aujourd’hui et le dix-septième siècle est que le processus de traduction linguistique n’a pas été fait par quelques hommes éminents (hommes), mais est largement discuté et controversé. Je profite donc de l’occasion pour dire à tout le personnel de la division Courrier: merci pour ce projet!

réponse de la rédaction

réponse de la rédaction

Depuis un mois, Le Courrier utilise un langage épicène. Pour certaines personnes, cette pratique crée de l’instabilité et de l’instabilité: nous sommes désolés. Pour certains, cela s’est déjà produit et était attendu. Ce fait souligne à quel point la langue est le reflet de la société en constante évolution – désormais préoccupée par les inégalités entre les sexes – et de la biodiversité.

Sources :

TV en Direct

Regardez la télévison en Direct. Accédez au chaines TV

TF1 en Direct France 2 en Direct C8 en Direct M6 en Direct Arte en Direct
TV online TV online TV y directoTV y directo TV e diretoTV e direto TV e direttaTV e diretta live tvLive TV