Le projet Boiron, indicateur d’une politique agricole aléatoire

Le projet Boiron, indicateur d'une politique agricole aléatoire

AVIS La santé de nos rivières et de nos eaux souterraines est incompatible avec la culture de pesticides, écrit Markus Lüthi, pionnier de l’agriculture biologique en Suisse

Publié le mardi 20 avril 2021 à 16 h 46

Modifié le mardi 20 avril 2021 à 16 h 46

La Direction de l’Agriculture du canton de Vaud présente le projet Boiron avec pour objectif «d’améliorer la qualité biologique et chimique des eaux du bassin du Boiron». Il a débuté en 2005 et devrait se terminer en 2022. Il encourage les agriculteurs à améliorer leurs techniques de culture afin de «prévenir le ruissellement et le lessivage des produits phytosanitaires et des engrais». Paye la réduction ou l’élimination des pesticides les plus dangereux, les mesures anti-érosion ou la construction d’installations de lavage sûres pour les transformateurs. Les subventions s’ajoutent aux paiements directs que les agriculteurs reçoivent déjà.

Cela pourrait vous interrésser :   Emmanuel Macron à Strasbourg pour lancer la Conférence sur l'avenir de l'Europe

TV en Direct

Regardez la télévison en Direct. Accédez au chaines TV

TF1 en Direct France 2 en Direct C8 en Direct M6 en Direct Arte en Direct
TV online TV online TV y directoTV y directo TV e diretoTV e direto TV e direttaTV e diretta live tvLive TV