Politique communale – À Orbe, le parti Union Libre soigne sa singularité

Politique communale - À Orbe, le parti Union Libre soigne sa singularité

Le seul parti du genre, l’ancien parti d’opposition, est la principale force politique locale depuis la nuit du premier tour. Maintenant au point de revendiquer l’union.

Les citadins ont placé le centriste Unión Libre à la tête des partis, avec un siège de plus que le PLR ​​historique,

Ce dimanche, Orbe choisit son prochain administrateur. Enfin votre prochain syndicat. Les urnes décideront entre deux élections municipales en vue, la PLR Myriam Schertenleib et Mary-Claude Chevalier, de l’Unión Libre. C’est la fin de l’ère d’Henri Germond, le seul fiduciaire socialiste qu’Orb ait eu. Mais surtout et en tout cas, c’est un tournant pour le parti local de l’Union Libre.

Union Libre est une singularité de la deuxième plus grande commune du nord vaudois. Un ensemble de personnalités locales, assez de centre-droit, parfois très cinglantes, sans le moindre programme électoral mais influençant néanmoins fortement la politique urbaine. Et pas seulement sur les finances publiques ou la défense des petites entreprises, deux passions du groupe.

Seul dénominateur commun: ils rejettent obstinément toute instruction de vote, au point que la question de l’utilité des séances de groupe se pose parfois. «C’est un engagement pour la commune, sans ambition politique, mais cela ne veut pas dire sans discussion, pas même qu’ils soutiendront leurs municipales, au contraire», rappelle Pierre Mercier, célèbre journaliste sportif et ancien municipal.

Des déçus au premier plan

Des déçus au premier plan

Ce n’est pas un simple parti de compréhension, mais ce n’est pas non plus une grande machine politique. Une sorte de formation unique en son genre, faisant partie d’une poignée de dissidents socialistes au début des années 1990. En 1997, ils ont tous réuni 16 membres élus du Conseil et leur première commune, Pierre Rufener. La formation (qui se fâche dès qu’on l’appelle «parti») est alors clairement au centre gauche. On les a vus très impliqués dans les enjeux de société ces dernières années, mais aussi en défendant farouchement les parkings. Une supposée absence d’idéologie qui fait parfois dévier les ténors des partis voisins: “Comment voulez-vous travailler avec ces gars-là?”

Cela pourrait vous interrésser :   Macron revisite le tombeau de Napoléon

Pierre Mercier, ex-municipal et rédacteur en chef du journal local, a vu son parti Unión Libre évoluer petit à petit.

En fait, tout dépend beaucoup des élus en place. Actuellement, il y a, par exemple, Bertrand Gillabert, dirigeant d’une société d’investissement et bête noire de la mairie en charge du Trésor, Philippe Cochard, un personnage local qui ne manque jamais de signaler la moindre lanterne défectueuse, ou Arnold Poot, ténor de la séance plénière et policier avec un score électoral efficace.

«Nous n’avons pas de parti derrière nous, nous allons trouver des endroits qui peuvent apporter quelque chose au comité. Au bout d’un moment, ça vaut le coup », a déclaré le président de l’équipe Denis Tschannen.

Cela, et en recueillant le vote des fraudés des principaux partis, a permis, le 7 mars, à l’Unión Libre de devenir le premier parti du Conseil avec 15 élus. Jusqu’à présent, axe du délibérateur, Unión Libre pourrait bien devenir le parti de la politique municipale. Il est à la croisée des chemins, estiment plusieurs de ses membres. «Nous menons des partis politiques de village quand Orbe devient une ville», dit Arnold Poot. Les cinq prochaines années seront cruciales. “

Vous avez trouvé un bug? Faites votre rapport maintenant.

Sources :

TV en Direct

Regardez la télévison en Direct. Accédez au chaines TV

TF1 en Direct France 2 en Direct C8 en Direct M6 en Direct Arte en Direct
TV online TV online TV y directoTV y directo TV e diretoTV e direto TV e direttaTV e diretta live tvLive TV