Politique – En Géorgie, accord entre le parti au pouvoir et l’opposition

La Géorgie est plongée dans une crise politique depuis les élections d’octobre, qui, selon les opposants, étaient truquées.

Le Président du Conseil de l’Europe, Charles Michel, a présidé une cérémonie de signature depuis Bruxelles via un lien vidéo.

Le parti au pouvoir de la Géorgie et l’opposition ont signé lundi un accord recommandé par l’Union européenne pour mettre fin à la crise politique qui a suscité des inquiétudes quant à la démocratie dans l’ancienne république soviétique.

Les représentants de tous les partis politiques ont signé l’accord, mais le principal parti d’opposition, le Mouvement national uni, a déclaré qu’il interviendrait lorsque son chef, Nika Melia, sera libéré de prison comme l’exige la lettre. L’UNM réitère son intention d’organiser une manifestation antigouvernementale le 15 mai. Reconnaissant les “autres aspects positifs” de l’accord, l’un des dirigeants du parti, Ako Minshvili, a déclaré à l’AFP que “mettre fin à la crise devra résoudre les problèmes fondamentaux” de la démocratie naissante en Géorgie.

La Géorgie est en proie à une crise politique depuis les élections partielles d’octobre, qui auraient pour but de maintenir au pouvoir le Georgia’s Dream Party. Il a donc sollicité de nouvelles élections et refusé de participer aux travaux du nouveau Parlement.

Le président du Conseil européen, Charles Michel, qui a présidé une cérémonie de signature télévisée au palais présidentiel géorgien de Bruxelles, a déclaré qu’il se rendrait mardi à Tbilissi, la capitale du pays. Géorgie. Il a qualifié l’accord de “véritable manière européenne de faire face aux catastrophes”.

«Avenir euro-atlantique»

«Avenir euro-atlantique»

“Il a ajouté:” Cet accord est le début de l’intégration de la démocratie géorgienne avec l’avenir de la Géorgie euro-atlantique. Sur le même sujet : Covid-19 : Emmanuel Macron tente de faire oublier les retards de la vaccination. “Charles Michel a également déclaré qu’il discuterait des mesures conjointes avec les politiciens géorgiens pour renforcer les liens entre le pays électoral de l’UE dans le Caucase et Bruxelles.

Cela pourrait vous interrésser :   Discours de Macron : bientôt une allocution, selon G. Attal

Cela devrait renforcer l’indépendance du pouvoir judiciaire, améliorer les processus électoraux et contribuer à la construction d’un «parlement capable de bien représenter toutes les paroles de la Géorgie». Le document appelle à des normes “pleinement équitables” et “claires” pour le dépouillement des votes, ainsi qu’à l’invitation “d’experts internationaux” pour résoudre les différends potentiels.

L’Union européenne et les États-Unis ont appelé dimanche les députés géorgiens à accepter l’accord, une déclaration commune confirmant la reprise des pourparlers entre Bruxelles et Washington sur les voisins du sud-ouest de la Russie, un moment de relations encore difficile pour Moscou, en particulier en ce qui concerne l’Ukraine.

La Géorgie espère également rejoindre l’OTAN, malgré l’opposition de Moscou, qui voit la possibilité que le membre devienne un attaquant au nom de son influence. En août 2008, la Russie et la Géorgie se sont affrontées dans une guerre de cinq jours, au cours de laquelle Moscou a obtenu son indépendance des deux territoires séparés de la Géorgie, l’Abkhazie et l’Ossétie du Sud, et est restée une puissance militaire majeure.

Vous avez trouvé une erreur? Faites votre rapport maintenant.

TV online TV online TV y directoTV y directo TV e diretoTV e direto TV e direttaTV e diretta live tvLive TV