Politique genevoise – Après sa défaite, le PLR lave son linge sale en famille

Les membres du parti ont discuté de leur situation à huis clos. Tout le monde parle de l’avenir de la présidence.

Bertrand Reich, président du PLR Genève.

“La politique suisse est l’école de l’échec.” Avec cette citation de Philippe Nantermod, vice-président du parti suisse, le président du PLR genevois Bertrand Reich entame la séance d’introspection du parti. Le décor est figé, l’enthousiasme mesuré. Le parti, qui s’était engagé à faire le point sur l’élection partielle, a tenu parole, consterné par la perte d’un de ses deux sièges au Conseil d’État. La session à distance et à huis clos, organisée mercredi soir, a réuni 190 membres.

Jugement? Le traumatisme de la défaite de mars dernier est terminé. Mais évidemment, le passé reste difficile à digérer alors que le parti tente de tourner la page. Et tout le monde parle du futur immédiat.

Les articles d’abonnement sont réservés aux abonnés.

Cela pourrait vous interrésser :   Le Président, BD de politique-fiction ?
TV online TV online TV y directoTV y directo TV e diretoTV e direto TV e direttaTV e diretta live tvLive TV