Un dimanche politique plein de suspense

Publié le dimanche 28 mars 2021 à 09:14

Modifié le dimanche 28 mars 2021 à 10h17

Vous avez aimé le dimanche 7 mars et ses multiples votes? Vous allez adorer cette journée. Les enjeux politiques sont importants et la tension est à son apogée. Partout, de Genève à Moutier, en passant par le Valais ou le canton de Vaud.

Tous les résultats, analyses préliminaires, réactions, commentaires sont disponibles sur notre site à partir de 11h00.

A Genève, surtout, une question passionnée bien au-delà des rives du lac: Pierre Maudet remplacera-t-il Pierre Maudet? Ses chances de réélection sont réelles après l’excellent résultat obtenu au premier tour, dans lequel il a obtenu 23% des voix. Il n’a été battu que par la Verte Fabienne Fischer. Soutenue par toute la gauche, elle reste la favorite, même si cette nouvelle venue en politique souffre d’un manque de publicité. Le conseiller national Yves Nidegger est resté, mais avec 13,3% des voix au premier tour, l’UDC avait déjà beaucoup de voix dans son camp. Quant à Delphine Bachmann, elle est l’invitée surprise du second tour. Le président du KOP a décidé de commencer la course après la décision du PLR d’arrêter le combat. Les chances de l’ancien conseiller d’État Guy Fontanet sont minces, mais cette campagne lui permet de se faire un nom et de défendre le successeur de Serge Dal Busco en 2023.

Lire aussi: Quatre candidats au mandat à Genève

Elections au Conseil d’Etat, également en Valais. Dans ce canton, tout le gouvernement est en cours de renouvellement. Personne n’a été élu le 7 mars, mais Christophe Darbellay est désormais confiant de conserver son siège en raison du règne de l’équilibre régional à Wallis. Son collègue du PDC, Roberto Schmidt, sera également récompensé. Pour d’autres, ce dimanche s’annonce plus tendu. Troisièmement, à l’issue du premier tour, le conseiller national Mathias Reynard sera le premier socialiste francophone à siéger dans le gouvernement de Wallis. Même si le sixième résultat de Franz Ruppen de l’UDC était une surprise, il devrait bénéficier de la très forte mobilisation des Haut-Valaisans, qui craignent de perdre la deuxième place à la direction. Quant au PDC Serge Gaudin, très peu connu avant cette campagne, il pourrait faire perdre à son parti sa majorité historique. À moins que cela ne trompe finalement le conseiller PLR Frédéric Favre. L’un des points forts de ce deuxième tour est l’appel conjoint du PLR, du PS et de l’UDC pour une nouvelle formule gouvernementale 2-1-1-1.

Cela pourrait vous interrésser :   [En continu] Le «corset politique» imposé à la task force covid de la Confédération provoque une nouvelle démission

Lire aussi: En Valais, les minorités s’unissent pour briser la majorité PDC

Quant aux Vaudois, ils renouvellent leur gouvernement communal. A Lausanne, l’essentiel de l’exécutif restera à gauche. PLR n’espère que la deuxième place avec Florence Bettschart-Narbel. Cependant, son choix serait une grosse surprise après le remake de la gauche. Restés seuls au premier tour, les Verts ont rejoint les socialistes et POP. Avec la même surprise, la décision des Verts de présenter, aux côtés de Natacha Litzistorf, la Compagnie Xavier, qui a pourtant été largement précédée par son collègue Daniel Dubas au premier tour. Un choix qui jusqu’à présent n’a pas fait l’unanimité et qui pourrait mériter quelques coups de crayon au jeune avocat.

Lire aussi: Alliance de la fin de la droite à Lausanne

A Yverdon, deuxième plus grande ville du canton, les tarifs varient, la plupart peuvent partir à gauche. Au premier tour, deux socialistes et un vert ont été élus, et deux autres municipalités de gauche pourraient se joindre. Nous nous pencherons notamment sur le sort du confident sortant, Jean-Daniel Carrard. Le 7 mars, le PLR ​​n’a pris que la 7e place.

A lire aussi: Ces villes vaudoises sont au bord de l’effondrement au second tour

Tous les regards seront également tournés vers Vevey. Après la fin du mandat, qui a été marqué par de nombreuses crises, la commune sera entièrement ou presque entièrement reconstruite. Seul Yvan Luccarini, qui a été élu lors de l’élection partielle de l’année dernière, devrait conserver son siège. Surtout qu’il a pris la première place dans le premier tour. Sa formation, Décroissance-Alternatives, située à gauche de la gauche, pourrait obtenir un total de trois places. Quant au PLR, il pourrait revenir triomphalement au conseil d’administration de Vevey avec trois candidats bien classés au premier tour.

Cela pourrait vous interrésser :   Emmanuel Macron et Jean Castex s'offrent un café en terrasse ce mercredi matin

Lire aussi: Vevey déchiré entre la gauche radicale et la droite traditionnelle

Au-delà de ces élections, voter sous beaucoup de tension maintiendra toute la région, et même toute la Suisse, tendue, dans la tension de Moutier. La Cité Prévôtoise et ses 7 500 habitants resteront-ils dans le canton de Berne ou rejoindront-ils le Jury? C’est la huitième fois que la population s’exprime sur son appartenance cantonale. La dernière fois en 2017, avec une faible majorité de 137 voix, les habitants de Moutier ont décidé de rejoindre le Jury. Mais ce vote a été invalidé. Le vote de ce dimanche sera le plus suivi de l’histoire de la Suisse, et l’enjeu est de taille: mettre fin à la question de la compétence. Tous les regards sont tournés vers ceux qui peuvent faire la différence: environ 800 personnes qui n’avaient pas le droit de voter il y a quatre ans. Vont-ils choisir la crosse du Jura ou un ours bernois?

Sources :

TV online TV online TV y directoTV y directo TV e diretoTV e direto TV e direttaTV e diretta live tvLive TV