La surmortalité liée au Covid-19 ne serait pas aussi grande qu’annoncé

La surmortalité liée au Covid-19 ne serait pas aussi grande qu'annoncé

Le bilan des décès de la population est revenu l’année dernière en Suisse à son cinquième niveau en six ans, selon une étude publiée jeudi par Unisanté à Lausanne. L’Université centrale soutient qu’il s’agit de la décision la plus alarmiste du début de l’année, à la suite des chiffres publiés par l’OFS.

L’Office fédéral des déclarations a annoncé en janvier une augmentation de 11% de la mortalité d’ici 2020 en Suisse, associée au Covid-19. Certains médias pensaient devoir revenir sur la grippe espagnole de 1918 pour trouver le plus grand nombre de décès par an.

& gt; & gt; Lire: La mortalité en 2020 a atteint un niveau sans précédent en 100 ans

Cependant, une étude publiée par le Centre Universitaire de Médecine Publique et de Santé Nationale (Unisanté) à Lausanne a montré moins de signes numériques. Dans la première partie de la publication, il est rapporté que la mortalité et la longévité en Suisse sont revenues aux niveaux de 2015 en raison de l’épidémie de coronavirus.

Unisanté “interpellé” par les chiffres de l’OFS

Unisanté "interpellé" par les chiffres de l'OFS

«En début d’année, nous avons été interpellés par cette première revue OFS qui faisait état d’une augmentation de 11% du nombre de décès survenus en 2020, par rapport au nombre projeté», explique l’une des études d’Unisanté à 12h30. sur le RTS. Certains médias étaient certains que la mortalité en 2020 avait atteint des niveaux jamais vus depuis cent ans.

«Nous avons examiné les chiffres», a déclaré Isabella Locatelli. «Quand on veut comparer la mortalité entre deux ans, on ne peut pas se baser sur le nombre exact de décès, car il faut du temps pour changer la population, ça augmente et les parents.

Cela pourrait vous interrésser :   Cancer de l’endomètre - Roche reçoit le feu vert US pour l’homologation de Ventana

Une surmortalité globale de 8,8%

Une surmortalité globale de 8,8%

Unisanté a donc utilisé différentes méthodes de comparaisons issues de l’OFS uniquement, en pesant l’essentiel. Résultats: le centre a observé un taux de mortalité plus élevé de 8,8%, toutes causes confondues. “Il est clair que cette surdose est liée à la maladie”, a déclaré le chercheur. Mais «nous estimons ce rendement à près de 5 à 6 ans et non à 100 ans comme recommandé en début d’année».

L’étude d’Unisanté par tranche d’âge et de sexe montre que les surdoses observées en 2020 en Suisse touchent plus les hommes que les femmes et la quasi-totalité des personnes âgées. Le taux de mortalité le plus élevé variait entre 70 ans pour les hommes et 75 ans pour les femmes. Au cours de ces années, aucune valeur de vie supérieure n’a été observée.

Perte d’espérance de vie de 7,5 mois

Perte d’espérance de vie de 7,5 mois

Le fait que les jeunes aient été sauvés de la maladie a entraîné une réduction de l’espérance de vie de 0,7% par rapport à 2019, soit une diminution de 7,5 mois (9,7 mois pour les hommes et 5,3 mois pour les femmes).

Encore une fois, cette diminution correspond à un retour aux niveaux d’il y a environ cinq ans, ce qui signifie l’espérance de vie prévue en 2020 qui reste supérieure à 81 ans pour les hommes et 85 ans pour les femmes.

& gt; & gt; Lire aussi: Les décès ont atteint des niveaux de 2020 inédits depuis 100 ans

TV en Direct

Regardez la télévison en Direct. Accédez au chaines TV

TF1 en Direct France 2 en Direct C8 en Direct M6 en Direct Arte en Direct
TV online TV online TV y directoTV y directo TV e diretoTV e direto TV e direttaTV e diretta live tvLive TV