À Sciences-Po, une nouvelle présidente pour sortir de la crise ?

À Sciences-Po, une nouvelle présidente pour sortir de la crise ?

Sortez de la crise. Le besoin est devenu urgent, tant les faits d’inceste, révélés début janvier et reconnus par le politologue Olivier Duhamel le 13 avril, secouent la Fondation nationale pour les sciences politiques qu’il présidait. Et avec elle, le prestigieux Institut d’Études Politiques de Paris (Sciences-Po Paris) qui en est adossé, sans directeur depuis la démission de Frédéric Mion, qui avait été informé de ces crimes.

→ LIRE. L’affaire Duhamel, l’onde de choc à la Fondation des sciences politiques

Plus de trois mois plus tard, l’examen de la candidature de Laurence Bertrand Dorléac, professeur d’histoire de l’art, à la présidence de la fondation laisse espérer un lendemain plus calme. Le jeudi 15 avril, son nom sera proposé pour avis lors d’une réunion informelle du conseil d’administration. Si l’enseignante obtient les deux tiers des voix, le collège des fondateurs, autrefois le seul à désigner le président parmi ses membres, s’est engagé à la coopter, avant un vote officiel du conseil d’administration. Une procédure complexe, inventée dans un cadre restrictif et rythmée par de nombreuses tensions.

Une mini-révolution

Une mini-révolution

“Lors d’une réunion de crise, deux jours après la démission d’Olivier Duhamel en janvier, les enseignants élus ont demandé à participer au choix du futur ou du futur président. Si rien n’avait changé, les dix membres du collège des fondateurs auraient nommé leur candidat. comme auparavant puis présenté au conseil d’administration pour vote », raconte la sociologue Jeanne Lazarus, présidente du conseil d’administration de l’Institut depuis mai 2019 et membre du conseil d’administration.

Cela pourrait vous interrésser :   Cupertino (USA): Siri révèle la date du prochain événement d’Apple

D’où l’idée de créer un «comité de recherche» de candidats, composé de cinq enseignants et de cinq membres fondateurs. «Une mini-révolution, visant à changer les choses», explique Jeanne Lazarus, qui en fait partie.

La composition du collège des fondateurs devant également être renouvelée, le comité a également été chargé de dresser une première liste de dix noms, parmi lesquels les fondateurs choisiront les cinq nouveaux entrants – en remplacement de ceux qui arrivent en fin de mandat. mandat, comme l’ancien patron de Renault Louis Schweitzer, ou des démissionnaires, comme le préfet Marc Guillaume.

De nombreuses tensions

De nombreuses tensions

«Un message de renouveau devait être envoyé à l’occasion du choix de la présidence», ajoute Thierry Cadart, membre du conseil d’administration de la CFDT. Marquez le désir d’une plus grande transparence, d’une plus grande ouverture et d’un meilleur équilibre du pouvoir des fondateurs. “

La crise a cependant régulièrement menacé de mettre un terme à cet effort. Il y a d’abord eu les critiques, parfois virulentes, et les doutes exprimés par les candidats écartés par le comité de recherche: Pascal Perrineau, Romain Rancière puis Bertrand Badie. Le refus du collège des fondateurs, donc, d’entériner le choix de Nonna Mayer, après une campagne de dénigrement.

«Après cette énorme déception», raconte Jeanne Lazarus, «nous avions deux options: soit claquer la porte et laisser les membres fondateurs décider, soit tenter de convaincre les deux tiers d’entre eux à une autre candidature.» Celle de Laurence Bertrand Dorléac s’est alors imposée. », explique-t-elle, louant« un savant très reconnu, dont la voix est également à l’extérieur, notamment dans le monde de l’art, et dont le sang-froid et l’éthique se sont avérés inestimables ces derniers mois ».

Cela pourrait vous interrésser :   Armés de bots, les scalpers raflent PS5 et éditions limitées pour s'enrichir

Car, et cela n’a pas manqué d’alimenter la polémique, la professeure d’histoire de l’art était elle-même, jusqu’à sa nomination, membre du comité de recherche. «Un manquement aux règles difficile à comprendre dans une institution aussi sérieuse», épingle Romain Rancière, dans une chronique publiée dans Le Monde, le 12 avril. «Le choix de Laurence Bertrand Dorléac a été salué par tous les professeurs, a répondu Jeanne Lazarus, lors un sénat universitaire “. Encore une instance, regroupant l’ensemble des enseignants de l’école, créée en 2016 mais réactivée en janvier.

Une mue plus globale

Une mue plus globale

Selon elle, c’est un enjeu majeur pour l’avenir: le renforcement du rôle des enseignants-chercheurs. «Par rapport à l’université, ils restent peu intégrés dans le fonctionnement de l’établissement, dans la définition des programmes ou dans le recrutement du personnel temporaire. Dans cette institution qui repose fortement sur les étudiants et la fondation, la voix des professeurs permanents reste faible. Quant à la révision des statuts, qui obligent depuis janvier à bricoler les freins et contrepoids, elle préfère prendre le temps de réfléchir, «une fois ces mois de crise passés».

“Faut-il mettre en place ces comités de recherche dans le cadre existant ou se lancer dans une transformation générale, au risque de fragiliser la caractéristique de Sciences-Po, c’est-à-dire l’alliance entre privé et public et son indépendance?” vis-à-vis de l’Etat? Elle se demande. «Beaucoup de membres du conseil d’administration de la Fondation ne vont pas vouloir s’arrêter là», assure Thierry Cadart, qui énumère une série de questions, comme autant de projets à ouvrir.

Pourquoi ne pas intégrer d’autres profils, y compris ceux de l’extérieur, dans ces comités de recherche? Doit-on voter sur une seule candidature, “de manière souvent frustrante”? «Surtout, conclut-il, peut-on réformer ces processus de sélection sans remettre en cause la mission de Sciences-Po aujourd’hui, son insertion dans le tissu universitaire et son modèle économique basé sur une croissance excessive?

Cela pourrait vous interrésser :   PS5 : un enfant a complètement détruit le port HDMI de sa console, c’est un carnage !

TV en Direct

Regardez la télévison en Direct. Accédez au chaines TV

TF1 en Direct France 2 en Direct C8 en Direct M6 en Direct Arte en Direct
TV online TV online TV y directoTV y directo TV e diretoTV e direto TV e direttaTV e diretta live tvLive TV