Absence de réaction des scientifiques

Absence de réaction des scientifiques

Votre éditorial du 15 avril m’interpelle sur plusieurs points. En premier lieu, votre interprétation de “l’humilité” m’interroge dans un contexte où la Confédération a décidé de se détendre face aux conseils de la Task Force et contre le courant de pays qui ont vacciné plus que la Suisse et qui “humblement” continuent être plus prudent que notre gouvernement.

Je m’interroge donc sur cette certitude que l’ouverture des pistes de ski n’a pas dégradé la situation sanitaire. En décembre et janvier, plusieurs foyers se sont déclarés dans les hôtels des stations de ski. De même, certains épidémiologistes et spécialistes des maladies infectieuses, comme Didier Pittet, n’excluent pas que l’ouverture des pistes de ski entre Noël et nouvel an ait contribué à la diffusion de la variante anglaise en Suisse et peut-être même dans les pays voisins.

Les médias manquent de subtilité face à la complexité de la gestion de la crise sanitaire, et leurs analyses des dernières décisions du Conseil fédéral et de la notion de «risque calculé» en témoignent. J’aurais souhaité avoir accès à l’avis des épidémiologistes sur cette décision politique, mais malheureusement face à la présence écrasante des milieux économiques, ils étaient quasiment absents des médias suisses au lendemain des annonces de la Confédération, tout comme les jours précédents. cette conférence de presse. Au lieu d’avoir une information équilibrée qui inclut également la réaction des scientifiques, la population a eu droit à l’enthousiasme débordant et non critique des médias et à l’écho assourdissant des milieux économiques qui réclament plus d’ouverture.

Entre les membres de la Task Force qui démissionnent les uns après les autres dénonçant un «corset politique» qui empêche «l’information scientifique non filtrée» et les médias qui construisent un récit sur la pandémie qui donne une place désordonnée aux milieux économiques, il y a des raisons de s’interroger! Le récit des médias en Suisse romande nous a unanimement dit que malgré l’augmentation de l’épidémie, le soulagement signifiait «voir le bout du tunnel». De quoi étonner une partie de la population qui, voyant une contamination croissante, n’équivaut pas “au bout du tunnel” à une bière sur une terrasse, mais à une circulation minimale du virus dans le pays.

Cela pourrait vous interrésser :   Nouvelles ressources vidéos en sciences fondamentales et en sciences de la santé

TV en Direct

Regardez la télévison en Direct. Accédez au chaines TV

TF1 en Direct France 2 en Direct C8 en Direct M6 en Direct Arte en Direct
TV online TV online TV y directoTV y directo TV e diretoTV e direto TV e direttaTV e diretta live tvLive TV