Climat et justice - «Quand un tribunal écoute les scientifiques, il acquitte»

Climat et justice – «Quand un tribunal écoute les scientifiques, il acquitte»

Le procès extraordinaire aura lieu fin mai à Fribourg. Trente militants remettront en question leur croyance en l’action en 2019 le Black Friday.

Les membres de la grève pour le climat et du soulèvement pour l’extinction bloqueront l’accès au centre commercial Fribourg Center le vendredi noir 29 novembre 2019. Maintenant, ils doivent répondre au tribunal.

Les militants pour le climat avaient fait bonne impression en se grattant dans une tunique rouge et en bloquant l’entrée principale du centre commercial de Fribourg. C’était en novembre 2019, un grand vendredi lors d’une grande vente pour déplorer la surconsommation et ses conséquences pour la planète. L’aspect juridique de la manifestation promet à son tour d’attirer l’attention.

Au moins 32 militants comparaîtront devant le tribunal de la Sarine à Fribourg en mai de l’année prochaine. Sur la base de la plainte des commerçants, ils ont été condamnés à une amende et à une amende pour coercition criminelle ou violation de l’ordre public. Les personnes âgées de 19 à 62 ans contestent les sanctions avec l’aide d’avocats.

“Pratiquer la désobéissance civile n’est pas quelque chose que vous faites à la légère.”

Accompagnés de deux prévenus, deux d’entre eux ont invité les médias au Théâtre de Fribourg ce mercredi pour expliquer leur motivation à se porter volontaires dans ce combat, le cas échéant à la Cour européenne des droits de l’homme.

«Dans ces climats, il est choquant pour moi que de jeunes militants soient amenés entre les mains d’un juge pénal plutôt que de vulgaires voyous. Nous devrions plutôt les remercier. Ils nous font comprendre que nous sommes en train de faire asseoir une branche», dit Fribourg. avocat Benoît Sansonnens.

  Samsung Galaxy A52 5G et A72 5G : oups, voici à quoi ils ressemblent et leurs caractéristiques

Une dizaine de femmes et d’avocats de toute la Suisse romande défendent des militants, dont Benoît Sansonnens (à gauche) et Arnaud Nussbaumer.

“Nous étions peu nombreux au début, et quand nous avons vu l’ampleur des charges et le nombre d’accusés renvoyés devant les tribunaux, nous avons appelé au renforcement”, ajoute Arnaud Nussbaumer, avocat à Genève. Une dizaine de femmes et d’avocats de toute la Suisse romande, dont le canton de Vaud, les défendent désormais.

Si le procès promet d’être entendu, c’est aussi en raison du nombre et du profil des experts qui ont témoigné. Scientifiques, professeurs, scientifiques, ils ont un total de douze défilés, qui défileront au Parlement, qui siégera pendant quatre jours, à partir du 25 mai.

Jacques Dubochet témoignera

Jacques Dubochet témoignera

Jacques Dubochet, prix Nobel de chimie, est présent. Le Vaudois avait déjà été entendu comme témoin à Renens en janvier 2020 dans le cadre d’une procédure contre douze militants pour le climat.

A Fribourg, les défenseurs demandent un acquittement. En particulier, ils affirment que les militants ont agi par nécessité dans une situation climatique, comme précédemment affirmé dans les cantons de Vaud et de Genève. Ils soutiennent également que leurs droits fondamentaux doivent être respectés, un nouvel argument par rapport aux autres arguments soulevés dans de tels cas.

Arnaud Nussbaumer explique: “La Convention européenne des droits de l’homme protège la liberté d’expression et de réunion et interdit aux autorités de poursuivre les citoyens qui manifestent pacifiquement pour envoyer un message politique”.

Les experts invités à la reconnaissance jouent également un rôle clé dans la stratégie de défense. “L’un des leviers est d’opposer le Tribunal de la Sarine à la science. Chaque fois qu’un tribunal a accepté d’entendre des scientifiques, il a acquitté les militants concernés”, poursuit l’avocat.

  Samsung Electronics et LG anticipent un bond de leur bénéfice au premier trimestre

“Je trouve choquant que de jeunes militants soient traduits en justice devant un juge pénal. Nous devrions plutôt les remercier.”

Les militantes Clara Brambilla (à gauche) (19 ans) et Zélie Schneider (25 ans) ont expliqué leurs activités mercredi.

Un appel au secours

Un appel au secours

A quelques semaines du procès, Zélie Schneider, 25 ans, a déclaré qu’elle n’était pas “très anxieuse” car elle était “bien entourée”. L’élève avait attaché la sangle à l’entrée du centre commercial. Un acte qu’il décrit comme un appel à l’aide. “Pratiquer la désobéissance civile n’est pas quelque chose que vous faites à la légère”, a-t-il dit. Je comprends de plus en plus l’ampleur du changement climatique et la réponse inadéquate de notre société. J’ai peur de notre avenir. “

Clara Brambilla se souvient de la peur qui l’a saisie pendant la manifestation. “Mais agir, risquer une amende ou aller en prison semble être proportionné à l’avenir qui nous attend si nous continuons à agir comme nous l’avons fait ces vingt dernières années.”

Avez-vous trouvé une erreur? Avertissez maintenant.

Sources :

TV en Direct

Regardez la télévison en Direct. Accédez au chaines TV

TF1 en Direct France 2 en Direct C8 en Direct M6 en Direct Arte en Direct
TV online TV online TV y directoTV y directo TV e diretoTV e direto TV e direttaTV e diretta live tvLive TV