Quantcast
Google plus important que nos terres agricoles

Google plus important que nos terres agricoles

Google plus important que nos terres agricoles

Les agriculteurs québécois ont du mal à voir Google débarquer à Beauharnois avec l’intention de construire un centre de données de 735 millions de dollars sur un terrain utilisable appartenant à Hydro-Québec.

• Lire aussi: La taxe GAFAM rapporterait 365 millions de dollars en trois mois

“Pourquoi Google cherche-t-il quelque chose que les gens ordinaires ne peuvent pas aller chercher auprès du gouvernement”, a demandé Jérémie Letellier, président de l’Union des producteurs agricoles (UPA) de la Montérégie, après la publication d’un communiqué disant que “Doute le bien la foi des locuteurs “.

Hier, le géant américain a annoncé qu’il souhaitait acquérir un terrain à Beauharnois pour construire son premier data center dans le pays. Le projet de 735 millions de dollars créerait une trentaine d’emplois.

On ne sait actuellement pas combien d’espace ce centre de données pourrait avoir, ce qui pourrait créer entre 300 et 500 emplois une fois construit.

«Cela nous est simplement venu à l’esprit. À ce stade, il y a une résolution d’acquérir le terrain à Beauharnois. La prochaine étape est l’acquisition et, à l’avenir, nous pourrions y construire un centre de données », a déclaré hier la porte-parole Luiza Staniec au Journal.

Depuis le début, cependant, la Fédération s’est opposée au «changement de zonage de 62,4 hectares des plus belles terres agricoles du Québec», selon l’UPA Montérégie.

Selon le syndicat, le Québec a adopté un décret pour aider Google à acquérir un terrain sans passer par le processus normal de la Commission de protection du territoire agricole du Québec (CPTAQ), qui ne fonctionne pas.

Cela pourrait vous interrésser :   Des scientifiques découvrent une météorite aussi ancienne que le système solaire

«Cela nous est simplement venu à l’esprit. Nous allons ajouter la garnotte. Nous allons nous en inspirer », a tristement déclaré hier un agriculteur local au Journal, refusant de le reconnaître.

Au cours de la revue, le maire de Beauharnois, Bruno Tremblay, a eu une autre vision du projet, qui serait de structurer sa ville.

«Une superficie équivalente restituée à l’agriculture a été révoquée», a-t-il rappelé, soulignant que Google n’a bénéficié d’aucune réduction fiscale.

«Si la transaction correspond au tarif du terrain que nous avons vendu (3,50 $ le pied carré), nous parlons de 600 000 $ en droits de mutation», a-t-il déclaré.

Selon Bruno Tremblay, ce qui a attiré Google dans sa cour arrière, c’est la proximité du poste d’Hydro-Québec à Léry.

«Dans ce cas, c’est notre hydroélectricité fiable et bon marché qui a fait chuter la balance», a également souligné Stéphane Paquet, PDG de Montréal International (MI), qui constate une soif grandissante pour elle.

Hier, le ministère de l’Économie a annoncé qu’aucune aide financière n’avait été accordée à Google pour ce projet de data center à Beauharnois.

Hydro-Québec a déclaré que Google n’aura pas de congé fiscal. “Google ne sera pas éligible au tarif LG”, a déclaré Marc-Antoine Pouliot, un porte-parole.

Dans la lignée du Journal, le cabinet du ministre de l’Agriculture André Lamontagne a soutenu que le Québec a protégé les intérêts de la communauté agricole dès le départ sur cette question.

Compensation historique, superficie dézonée de 62,4 hectares, 3,5 millions de dollars et plus de 200 hectares ont été transférés d’Hydro-Québec à UPA-Fondaction Trust, 2,7 millions de dollars à la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) … le gouvernement Legault a été sensible à la demandes des agriculteurs.

Cela pourrait vous interrésser :   Exclusif Tesla Model 3 : les vrais chiffres de puissance et capacité batterie pour chaque version

«Le ministre a veillé à ce que notre gouvernement mette en œuvre des mesures sans précédent pour atténuer l’impact du projet sur la zone agricole», a rassuré Laurence Voyzelle, attachée de presse de M. Lamontagne.

– Avec la coopération de Pascal Dugas Bourdon

Google souhaite toujours accueillir environ 1 000 employés dans ses nouveaux bureaux de la rue Viger, à Montréal. Une multinationale américaine a récemment investi plus de trois millions dans la Mila pour soutenir la recherche sur l’intelligence artificielle au Québec.

Sources :

TV en Direct

Regardez la télévison en Direct. Accédez au chaines TV

TF1 en Direct France 2 en Direct C8 en Direct M6 en Direct Arte en Direct
TV online TV online TV y directoTV y directo TV e diretoTV e direto TV e direttaTV e diretta live tvLive TV