Quantcast
Players' Voice avec Ons Jabeur : "Je veux envoyer un message très puissant au monde arabe"

Players’ Voice avec Ons Jabeur : “Je veux envoyer un message très puissant au monde arabe”

Players' Voice avec Ons Jabeur : "Je veux envoyer un message très puissant au monde arabe"

Dans la dernière édition de Players ‘Voice, la star tunisienne, désormais 24e joueuse mondiale, revient sur son parcours au niveau supérieur, les réactions qu’elle a reçues dans le pays, mais explique aussi surtout comment elle espère envoyer un message puissant aux femmes et aux enfants de Tunisie, d’Afrique et de tout le monde arabe.

J’ai commencé à jouer au tennis à l’âge de trois ans. Ma mère était licenciée dans un club de tennis local et m’a amenée ici une fois. Le reste appartient à l’histoire. Quand j’avais environ six ans, j’ai commencé à participer à des tournois nationaux et j’ai fait ma première apparition internationale à l’âge de dix ans.

En grandissant, nous avons réalisé que les joueurs de tennis professionnels en Tunisie sont en fait assez rares à la fin. Il n’y a pas de modèle réel à suivre ou de «chemin établi». Cependant, je me souviens avoir beaucoup regardé Andy Roddick et essayé de suivre ses matchs quand je le pouvais. Je me suis senti inspiré à la fois par son jeu et par son esprit. Je pense que, combiné au soutien de ma famille, c’est ce qui m’a fait réaliser mon rêve de devenir un joueur de tennis de classe mondiale.

Push ne gagne pas: Sinner a fini par plier contre Nadal

Ma mère, la première personne à avoir mis une raquette dans ma main, a été une grande inspiration pour moi. C’est une femme très forte et j’aime son caractère. Cela m’a donné la conviction, la volonté d’aller plus loin et de faire des choses fantastiques. Mon père, mes frères et ma sœur m’ont aussi inspiré chaque jour et m’ont motivé à continuer: tout ce que je fais, perdre ou gagner, j’ai toujours été là.

À l’âge de 13 ans, nous avons décidé que je devrais aller dans une école nationale, où je pourrais étudier et jouer au tennis en même temps. J’ai commencé à jouer sur le World Junior Tour de l’ITF et trois ans plus tard, j’ai remporté le Roland-Garros Juniors, qui était un événement assez fort en Tunisie …

Cela pourrait vous interrésser :   L'Ukrainien Alexandr Dolgopolov met un terme à sa carrière

Ons a remporté le Trophée des filles en simple à Roland-Garros en 2011 pour devenir la première femme d’Afrique du Nord à remporter un tournoi junior du Grand Chelem

Voir toutes ces personnes me suivre, et tout cela en tant que junior, m’a fait comprendre le genre d’impact que je pourrais réellement avoir. Cela m’a donné beaucoup de courage pour continuer et pour rendre mon pays encore plus fier de moi. Dix ans se sont écoulés depuis et ce soutien n’a cessé de croître, surtout depuis les quarts de finale de l’Open d’Australie. On a l’impression que le tennis est devenu comme le football en Tunisie! On m’a envoyé des vidéos de fans regardant mes jeux de café au milieu de la nuit et je pense qu’il y a un intérêt croissant pour le sport en général, pas seulement mes jeux.

Je reçois également des appels de personnes très importantes. L’année dernière, le président tunisien m’a appelé et j’ai été étonné de l’entendre. Je ressens profondément l’amour de tout mon pays, surtout cette année où la vie de chacun a été bouleversée par Covid. Si je peux encourager les gens, même un tout petit peu, chaque fois que je gagne, cela m’affecte beaucoup.

Les fans se rassemblent dans le café tunisien à 3 heures du matin pour regarder Ons en action

En fin de compte, j’espère que tout cela pourra se concrétiser en quelque chose de plus grand. Plus il y a de visibilité, plus les gens veulent jouer. Et pas seulement jouer, mais aller plus loin et gagner des matchs et des titres, entrer dans le top 100 et participer aux tournois du Grand Chelem. On a vu les succès de Malek Jaziri (ex-42e ATP World) et Selima Sfar (ex-75e World WTA) ces vingt dernières années, mais je rêve de voir plus de deux ou trois joueurs africains ou arabes au plus haut niveau .

Cela pourrait vous interrésser :   Le stage de tennis a séduit les jeunes novices

C’est incroyable de voir Mayar (Sherif) performer à ce niveau ces derniers temps. Je le connais depuis longtemps parce que nous avons joué dans les ligues africaines et arabes quand nous étions plus jeunes. Je vois tous les Français et les Américains ensemble en tournée et même si Mayar et moi ne sommes pas du même pays, c’est bien d’avoir l’opportunité d’être plus avec elle et de parler arabe ensemble. Nous espérons pouvoir à la fois inspirer les générations à venir avec nos performances et leur montrer qu’il est tout à fait possible de jouer dans un Grand Chelem.

Mayar Sherif fête à son tour sa première victoire … toujours femme pour remporter un tirage principal en image

Je veux juste envoyer un message très puissant aux femmes et aux enfants: si j’ai pu réaliser tout ce que j’ai fait jusqu’à présent, venant d’un petit pays et d’un continent où le sport a historiquement eu peu de visibilité, alors d’autres peuvent faire le même. Bien sûr, il est très important d’avoir autant de courts et de gymnases que possible et je sais que nous n’avons pas les meilleures installations pour le moment. Nous ne sommes pas comme l’Europe ou les États-Unis, mais nous faisons de notre mieux. Vous avez peut-être les meilleures structures au monde, mais c’est ce qui compte le plus et comment vous travaillez.

Ils sont un produit 100% tunisien. J’ai grandi et me suis entraîné toute ma vie en Tunisie et oui je n’ai pas les meilleures structures de tous les temps, mais j’ai travaillé dur pour essayer d’obtenir le meilleur classement possible. Pour moi, vous ne devriez pas perdre de temps à vous plaindre des installations et passer plus de temps à vous occuper de vous. Peu importe où vous êtes, il vous suffit de travailler dur et de croire qu’il est possible de réaliser votre rêve. Croire en soi est un grand pas à franchir, mais une fois sur place, je suis sûr que le reste suivra.

Cela pourrait vous interrésser :   Saint-Charles: le DEK hockey plutôt que le tennis

Mes rêves continuent d’évoluer et Tokyo cet été est une énorme perspective pour moi. Je compte les jours depuis un bon moment! J’ai joué à Londres et à Rio, mais j’ai le sentiment d’être actuellement à un niveau où je peux faire de grandes choses et j’espère aller loin dans la compétition. Les Jeux olympiques sont un tournoi pas comme les autres. Il ne s’agit pas seulement de gagner pour vous-même comme vous êtes peut-être habitué, mais de gagner pour votre pays. C’est aussi incroyable de côtoyer tous les autres sports. Je suis ami avec de nombreux athlètes tunisiens, donc c’est agréable d’être avec eux, d’observer leurs routines et de voir toutes les nuances de mon sport.

À la fin de cette année, j’aimerais entrer dans le top 10 ou 15 avant de regarder au-delà. Je veux être n ° 1 mondial et gagner le Grand Chelem. J’ai joué contre beaucoup de grands joueurs et c’est ce qui m’a donné la confiance nécessaire pour comprendre que j’ai vraiment ce qu’il faut pour y arriver. Pour le moment, j’avoue que je ne suis pas là. Je travaille dur pour trouver cet ingrédient manquant, mais je crois fermement que je peux atteindre cet objectif.

Suivez Ons Jabeur sur Instagram (@onsjabeur) et Twitter (@Ons_Jabeur).

Nadal pense à un pécheur dur

Sources :

TV en Direct

Regardez la télévison en Direct. Accédez au chaines TV

TF1 en Direct France 2 en Direct C8 en Direct M6 en Direct Arte en Direct
TV online TV online TV y directoTV y directo TV e diretoTV e direto TV e direttaTV e diretta live tvLive TV